krebsliga_aargaukrebsliga_baselkrebsliga_bernkrebsliga_bern_dekrebsliga_bern_frkrebsliga_freiburgkrebsliga_freiburg_dekrebsliga_freiburg_frkrebsliga_genfkrebsliga_glaruskrebsliga_graubuendenkrebsliga_jurakrebsliga_liechtensteinkrebsliga_neuenburgkrebsliga_ostschweizkrebsliga_schaffhausenkrebsliga_schweiz_dekrebsliga_schweiz_fr_einzeiligkrebsliga_schweiz_frkrebsliga_schweiz_itkrebsliga_solothurnkrebsliga_stgallen_appenzellkrebsliga_tessinkrebsliga_thurgaukrebsliga_waadtkrebsliga_wallis_dekrebsliga_wallis_frkrebsliga_zentralschweizkrebsliga_zuerichkrebsliga_zug
Alimentation et cancerSavoirAlimentation et cancer

Savoir

FAQ (Frequently Asked Questions)

Est-il vrai que le sucre nourrit les cellules tumorales ? Est-il possible de prévenir le développement du cancer en renonçant au sucre ?

Le développement du cancer ainsi que le fonctionnement des cellules cancéreuses sont très complexes. Certaines études montrent que les cellules cancéreuses ont un métabolisme énergétique différent de celui des cellules saines et que certaines d’entre elles se nourrissent principalement de sucre ou de glucose. Ce constat ne s’applique cependant pas à tous les types de cancer. En plus, l’organisme peut également produire du glucose à partir d’autres sources d’énergie comme l’amidon, la graisse ou les protéines.

Jusqu’à présent, aucune étude n’a été en mesure de prouver que renoncer au sucre ou aux glucides contribue à prévenir le développement du cancer ou à « affamer » la tumeur.

En revanche, la relation entre la consommation de boissons sucrées et le surpoids a clairement été démontrée par plusieurs études. Le sucre cristallisé, le fructose, le miel, le sirop ainsi que les boissons sucrées, mais aussi d’autres aliments riches en glucides comme les céréales, le riz et les pommes de terre fournissent de l’énergie à l’organisme. En effet, une consommation excessive de ces aliments peut provoquer une surcharge pondérale. Le surpoids est par ailleurs considéré comme un facteur de risque pour un certain nombre de cancers.
En outre, une consommation excessive de sucre entraîne indirectement une carence en macro- et micronutriments tels que le calcium, car les aliments et boissons sucrés tendent à se substituer à une alimentation de base riche en nutriments.

L’OMS recommande de ne pas dépasser une dose journalière de sucre de 50 grammes pour un adulte ayant besoin d’un apport calorique de 2000 calories par jour. Cette quantité inclut le sucre cristallisé consommé, mais aussi le sucre contenu dans la confiture, les pâtisseries, le miel, le muesli et les yaourts, les boissons sucrées, les confiseries, etc.

Les substances nocives dans les aliments

Les aliments apportent de l’énergie, des micronutriments et des fibres alimentaires à l’organisme. Plus la qualité de la nourriture est bonne, mieux il fonctionne.

Les aliments peuvent également contenir des substances nocives telles que le bisphénol A (plastifiant), des métaux lourds ou des pesticides. Ces polluants peuvent favoriser le développement du cancer. En Suisse, les denrées alimentaires sont régulièrement contrôlées et ne dépassent que très rarement les limites fixées. La présence de résidus de polluants ne peut cependant pas être totalement exclue.

Afin de limiter au maximum leur absorption, mieux vaut privilégier un régime alimentaire varié. Renseignez-vous également sur les méthodes de culture ou d’élevage. Les aliments issus de l’agriculture biologique, par exemple, sont souvent moins contaminés par des substances nocives telles que des résidus de pesticides.

Conseils

  • Lavez soigneusement les légumes et les fruits avant de les consommer.
  • Achetez des produits locaux et de saison. Il se peut que les denrées produites à l’étranger soient soumises à des réglementations différentes en matière de polluants.
  • Privilégiez autant que possible les produits biologiques.
  • Adoptez une alimentation variée.